Des manifestants anti-Rwanda en RDC dénoncent un soutien présumé aux rebelles du M23

  • Whatsapp
Des manifestants anti-Rwanda en RDC dénoncent un soutien présumé aux rebelles du M23

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de deux villes de la République démocratique du Congo cette semaine pour protester contre l’ingérence présumée du Rwanda voisin dans les affaires du pays.

Les relations entre les États voisins – qui ont longtemps été tendues – ont dégénéré la semaine dernière après que la RDC a accusé le Rwanda de soutenir le groupe rebelle renaissant du M23 actif dans la région instable de l’est du Kivu.

Kinshasa a suspendu les vols de la compagnie nationale rwandaise samedi dernier dans le cadre de la querelle diplomatique, et a arrêté deux soldats rwandais qu’elle accuse d’avoir pénétré sur le sol congolais avant de les relâcher lundi.

Mercredi, des centaines de manifestants se sont rassemblés devant l’ambassade du Rwanda dans la capitale congolaise.

Bienvenu Matumo, du groupe de défense des droits congolais Lucha, a déclaré : « Nous sommes venus exiger l’expulsion de l’ambassadeur du Rwanda et la rupture des relations diplomatiques avec le pays agresseur.


Manifestations à Bukavu

Plusieurs centaines de personnes ont également manifesté dans la ville orientale de Bukavu, à la frontière rwandaise, à plus de 1 500 kilomètres de Kinshasa.

Les manifestants auraient brandi des banderoles portant des slogans pro-militaires, scandant « les Rwandais rentrent chez eux » et exprimant leur soutien à l’idéologie du groupe rebelle colombien des FARC.

Les manifestations surviennent au milieu de nouveaux affrontements entre l’armée congolaise et le M23 – principalement un groupe tutsi congolais – qui s’est propagé près du centre économique de l’est de la RDC, Goma.

La milice s’est emparée de la ville fin 2012 avant que l’armée ne réprime la rébellion l’année suivante.

Cependant, les combats ont repris à la fin de l’année dernière après avoir accusé le gouvernement de ne pas respecter un accord de 2009 en vertu duquel ses combattants devaient être intégrés dans l’armée.

Ouvert au dialogue

Lundi, le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a réitéré l’accusation selon laquelle le Rwanda soutient le groupe, mais a ajouté que l’administration Tshisekedi reste ouverte aux pourparlers.

Le Rwanda a nié à plusieurs reprises soutenir le M23 et, à la fin du mois dernier, a accusé l’armée congolaise d’avoir tiré des roquettes sur le territoire rwandais.

Les récents combats liés au M23 dans l’est de la RDC ont déplacé au moins 72 000 personnes, selon les Nations Unies.

.

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.