La RD Congo suspend RwandAir pour soutien présumé à un groupe rebelle

  • Whatsapp
La RD Congo suspend RwandAir pour soutien présumé à un groupe rebelle

La République démocratique du Congo a suspendu les vols de RwandAir et convoqué l’ambassadeur du Rwanda en réponse à ce qu’elle dit être le soutien de Kigali à l’offensive du groupe rebelle M23 dans l’est du Congo.

Le Rwanda nie avoir soutenu les rebelles, qui se sont avancés cette semaine à 20 km de la principale ville de Goma, dans l’est du Congo, et ont brièvement capturé la plus grande base de l’armée dans la région.

Les enquêteurs du Congo et de l’ONU avaient également accusé Kigali de soutenir le M23 lors d’une insurrection de 2012-2013 qui avait brièvement capturé Goma. Le Rwanda a nié ces accusations.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a annoncé la suspension des vols de la compagnie nationale rwandaise et la convocation de l’ambassadeur vendredi soir à la suite d’une réunion du conseil de la défense nationale présidée par le président congolais Félix Tshisekedi.

Il a également déclaré que les autorités congolaises avaient désigné le M23 comme un groupe terroriste et l’excluraient des négociations intermittentes qui se tiennent à Nairobi, la capitale du Kenya, entre le gouvernement congolais et les milices actives dans l’est.

« Un avertissement a été lancé aux Rwandais, dont l’attitude est de nature à perturber le processus de paix qui touche à sa fin avec les discussions à Nairobi, où tous les groupes armés, à l’exception du M23, sont engagés sur la voie de la paix », Muyaya a dit.


RwandAir a répondu samedi en annulant « avec effet immédiat » tous les vols vers Kinshasa, Lubumbashi et Goma, a indiqué la compagnie aérienne dans un communiqué.

Procédé de paix

Kinshasa accuse également Kigali de saboter un processus de paix sous la médiation du président kenyan Uhuru Kenyatta, qui assure la présidence tournante du groupe de la Communauté de l’Afrique de l’Est.

Principalement un groupe tutsi congolais, le M23 est l’un des plus de 120 groupes armés qui parcourent l’est de la RD Congo, dont beaucoup sont un héritage de guerres régionales il y a plus de deux décennies.

Il a brièvement capturé la capitale provinciale Goma au Nord-Kivu fin 2012, avant que l’armée ne réprime la rébellion l’année suivante.

Le M23 a repris les combats cette année, accusant le gouvernement congolais de ne pas respecter un accord de 2009 en vertu duquel ses combattants devaient être incorporés dans l’armée.

Les récents affrontements entre l’armée et les rebelles du M23 dans l’est de la RDC ont déplacé 72 000 personnes, ont annoncé vendredi les Nations Unies, aggravant la pire crise de déplacement en Afrique.

(avec les fils de presse)

.

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.