Merkel commente pour la première fois le conflit russo-ukrainien

  • Whatsapp

L’ancien chancelier allemand a condamné la « guerre d’agression » de Moscou et a exprimé sa solidarité avec Kiev

Read More

L’opération militaire russe en Ukraine a marqué un « point de crise majeur » a déclaré l’ex-chancelière allemande Angela Merkel mercredi soir dans son premier discours public depuis environ six mois. L’ancienne chancelière a condamné ce qu’elle a décrit comme le « Guerre d’agression barbare » et a exprimé son soutien à Kiev.

« Je suis solidaire de l’Ukraine, [which has been] attaqué et envahi par la Russie », Merkel a déclaré, ajoutant qu’elle soutenait les Ukrainiens « droit à la légitime défense ». Elle a également dit qu’elle soutenait « tous les efforts » prises par l’actuel gouvernement allemand, dirigé par le social-démocrate Olaf Scholz, ainsi que celles de l’UE, des États-Unis, de l’OTAN et de l’ONU pour « arrêt » ce conflit.

L’ancien chancelier a averti que personne ne pouvait vraiment prédire les conséquences que ce conflit aurait pour le monde. Elle a également appelé à « unité » au sein de l’UE et a déclaré que « nous ne devrions jamais tenir la paix et la liberté pour acquises. »

Merkel a fait ses déclarations lors d’un discours devant quelque 200 invités assistant à une fête d’adieu du chef de la Confédération allemande des syndicats (DGB), Reiner Hoffmann, qui quittait son poste.

Lire la suite

Merkel répond aux critiques ukrainiennes

Certains médias allemands ont rapidement noté que Merkel n’avait pas dit un mot sur sa propre politique envers la Russie. L’ancien chancelier a été accusé dans son pays d’accroître la dépendance de l’Allemagne à l’égard de l’énergie russe, qu’il cherche maintenant à réduire conformément aux politiques de sanction de l’UE.

Merkel a défié les menaces de sanction des États-Unis et a fait avancer le pipeline Nord Stream 2 au cours de son dernier mandat. Le gouvernement actuel a mis fin au projet presque achevé quelques jours après l’offensive russe contre l’Ukraine.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Related posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.